Bénévole et déficient visuel lui-même, Pierre Ciolfi est responsable du Pôle Central Accessibilité de l’association Valentin Haüy. Il nous explique comment mettre en accessibilité un plus grand nombre de lieux et de contenus informatifs pour les personnes aveugles ou malvoyantes.

Bénévole et déficient visuel lui-même, Pierre Ciolfi est responsable du Pôle Central Accessibilité de l’association Valentin Haüy. Il nous explique comment mettre en accessibilité un plus grand nombre de lieux et de contenus informatifs pour les personnes aveugles ou malvoyantes.

 

- Tout d’abord, Pierre Ciolfi, que signifie « mettre en accessibilité » lorsque l’on parle de handicap visuel ?

Mettre en accessibilité, c’est donner à chacun d’entre nous les moyens d’accéder à tout, quel que soit le handicap, pour être le plus autonome possible.

Pour le handicap visuel, prenons simplement l’exemple du déroulement d’une journée. Ça commence le matin avec le radio-réveil, il faut pouvoir le régler ou lire l’heure. Dans la cuisine, il faut pouvoir repérer la confiture que l’on souhaite mettre sur ses tartines, trouver la capsule de son choix pour se faire un café, etc.

L’environnement doit également être accessible. Aujourd’hui, il y a une certaine dictature du design, tout est épuré et le « tactile » prend une place de plus en plus importante dans la vie de tous les jours. Or, certains objets tactiles ne sont pas du tout accessibles aux personnes déficientes visuelles. Ce terme est d’ailleurs très ambigu car dans le domaine de la malvoyance, ce qui est tactile est ce qui peut se détecter au toucher, donc qui est accessible. Par exemple, les plaques de cuisson sont majoritairement tactiles. Mais pour une personne aveugle ou malvoyante, comment se repérer pour la mettre en marche ou tout simplement ne pas se brûler ?

Après le petit-déjeuner, la personne sort de chez elle : sur la voie publique commence son deuxième combat ! Repérer la station d’autobus ou de métro, être informée avant un escalier descendant, traverser la rue, arriver dans un bâtiment et y entrer, trouver le bon bureau…

L’accessibilité concerne tous les éléments de notre vie quotidienne : la maison, la voirie, les transports, les bâtiments (magasins, hôpitaux, restaurants…), mais aussi l’accès à l’information. En effet, vous pouvez entrer dans un restaurant, un musée ou une banque, mais ensuite il faut pouvoir lire le menu, les panonceaux sous les œuvres d’art ou encore les conditions générales d’ouverture d’un compte en banque.

 

- Quel est le rôle du Pôle Central Accessibilité pour rendre l’environnement des personnes déficientes visuelles accessible ?

Grâce à notre connaissance des besoins des personnes déficientes visuelles, notre pôle identifie tous les problèmes d’accessibilité qu’elles peuvent rencontrer au quotidien. Notre rôle est alors de proposer des solutions efficaces et adaptées à chaque lieu et d’accompagner leur mise en œuvre. Nous évaluons ensuite les résultats et nous proposons des ajustements si nécessaire.

Les différents publics qui font appel à nos compétences sont aussi bien des grandes structures comme les administrations ou les grandes entreprises (Orange, Roland-Garros, le Salon du Bourget, le Stade de France pour l’Euro 2016…), mais aussi des petites structures (musées, commerçants…). Nous recevons également des demandes de nos implantations locales et de des correspondants Accessibilité de l’association Valentin Haüy, qui interviennent dans toute la France auprès de divers publics.

 

- Quelles sont les solutions et les conseils que vous proposez ?

Nous recommandons des solutions simples de signalétique, à la fois efficaces et peu coûteuses qui s’adaptent à la topographie de chaque lieu. Généralement, ce sont des solutions qui améliorent le contraste afin de mieux repérer les obstacles dans l’environnement. Nous combattons ainsi l’idée reçue qui est de croire que mettre un lieu en accessibilité pour le handicap visuel est onéreux.

Photo d'illustration 1 sur 2

Photo d'illustration 2 sur 2

Légende : Une bande de couleur sur une porte vitrée permet de créer un contraste.

Légende  : Une bande d’éveil de vigilance permet d’appréhender un escalier descendant.

 

Nous conseillons aussi toutes sortes d’établissements pour les aider à choisir les meilleures solutions de mise en accessibilité qui leur sont proposées lors d’appels d’offres. Par exemple, nous avons été sollicités par le centre culturel Andrée Chedid d’Issy-les-Moulineaux pour évaluer leur projet de cheminement par balises sonores grâce à la technologie Audiospot, primée aux trophées de l’accessibilité 2015. Nous avons fait des recommandations simples mais essentielles.

Nous aidons également les entreprises à accueillir dans les meilleures conditions leurs salariés déficients visuels, en leur fournissant par exemple des plans en relief des accès et des bureaux, des documents en gros caractères ou en braille, des équipements adaptés. La signalétique au sein de l’entreprise est très importante pour permettre à la personne déficiente visuelle de se repérer et se déplacer en toute autonomie. Il nous arrive aussi d’intervenir dans les entreprises pour sensibiliser les salariés au handicap visuel.

Photo d'illustration

Légende: contrastes des couleurs en intérieur : 

La moquette contrastée, des plinthes et des moulures sur les murs montrent le chemin. Une poignée contrastée permet de la repérer sur la porte. Des panneaux en gros caractère et en braille sont plus accessibles.

 

- Aujourd’hui, quelle est la réglementation en vigueur sur l’accessibilité ?

La loi Handicap de 2005 prévoyait la mise en accessibilité complète des lieux publics avant le 1er janvier 2015. A ce jour, la proportion d’établissements recevant du public mis aux normes d’accessibilité est estimée à environ 40 % seulement.

Face à ce retard, une ordonnance a été ratifiée le 20 juillet dernier prévoyant de nouveaux délais pour la mise en accessibilité des lieux publics, à travers des agendas d’accessibilité programmée (Ad’AP). Les établissements qui ne sont pas encore aux normes doivent déposer en préfecture un document indiquant les travaux de mise en accessibilité prévus, afin d’obtenir de nouveaux délais.

Certains établissements font des demandes de dérogations aux Ad’AP, pour des raisons techniques ou financières. Nous étudions régulièrement ces demandes, et préconisons des aménagements simples qui rendraient quand même ces établissements accessibles aux personnes déficientes visuelles.

 

- Comment souhaitez-vous développer les actions du Pôle Central Accessibilité dans le futur ?

Une de nos priorités est de développer notre action de sensibilisation en amont auprès des industriels et entreprises, afin qu’ils intègrent dès la phase de conception de leurs produits les éléments d’accessibilité pour les personnes déficientes visuelles. Si l’on reprend notre exemple des plaques de cuisson, l’idée est qu’il y ait dans la gamme de produits au moins une plaque entièrement accessible. Il est plus simple d’y penser lors de la conception que de devoir adapter le produit après sa mise sur le marché.

Un autre axe de développement de notre pôle est celui de la représentation tactile des lieux grâce aux plans en relief, que l’imprimerie Valentin Haüy peut réaliser. L’enjeu est de sensibiliser et d’encourager les acteurs du tourisme à proposer cette solution pour permettre aux personnes déficientes visuelles d’appréhender les lieux ou les éléments d’architecture caractéristiques par le toucher, et d’avoir ainsi accès à la richesse de notre patrimoine.

Si nous souhaitons parvenir à une société réellement accessible à tous, les acteurs concernés doivent prendre conscience des difficultés que rencontrent au quotidien les personnes handicapées, et ainsi constater que la mise en accessibilité est une nécessité absolue. Pour le handicap visuel, de nombreuses solutions simples, efficaces et peu couteuses existent et peuvent être mises en œuvre rapidement.

Merci Pierre Ciolfi pour votre grande implication et pour avoir pris le temps de nous expliquer en détail votre mission.

Encadré 1

Des questions sur l’accessibilité ?

Rendez-vous ici http://www.avh.asso.fr/rubriques/infos_deficience/infos_deficience.php

ou contactez-nous par mail accessibilite@avh.asso.fr ou par téléphone au 01 44 49 27 27.

 

Encadré 2

Vous souhaitez devenir correspondant bénévole Accessibilité ?

Formés par nos équipes, les correspondants accessibilité siègent aux commissions communales d’accessibilité de leur ville et apportent l’expertise de l’association Valentin Haüy sur les questions d’accessibilité.

 

Pour trouver et contacter le comité le plus près de chez vous, cliquez ici. http://www.avh.asso.fr/rubriques/comites/liste_comites.php

 

A lire également

15 novembre 2017

Présentation de l’association :

L'Association Valentin Haüy (AVH), reconnue d'utilité publique en 1891, a pour vocation d’aider les aveugles et les malvoyants à sortir de leur isolement, et de leur apporter les moyens de mener une vie autonome.
Les activités s’exercent au siège de l’association, comme dans ses établissements et ses 65 comités régionaux.

29 août 2016

L'utilisation des cartes bancaires par les personnes déficientes visuelles

Du fait de leur handicap, les personnes déficientes visuelles recourent de manière intensive aux achats en ligne et effectuent le plus souvent leurs règlements à l’aide d’une carte bancaire : la saisie du numéro de carte, de la date d’expiration et du cryptogramme visuel à trois chiffres ne leur pose aucun problème pour peu que le site marchand respecte les règles relatives à l’accessibilité.

Cours de locomotion

Soutenir l'association

Faites un don

Vous avez envie d’aider les personnes aveugles et malvoyantes à gagner leur autonomie ?

Vous souhaitez vous engager dans les projets pour servir la cause de la déficience visuelle ?