Jimmy Tessier, Président du comité Valentin Haüy de Nice, Cathy Garceran, artiste peintre et animatrice de l’atelier peinture et Frédérique Auda, peintre non-voyante du comité  reviennent sur l’organisation de l’exposition « Au-delà du regard » présentant les œuvres de cinq artistes handicapés.

Bonjour Monsieur Tessier, comment avez-vous rencontré Cathy Garceran, artiste peintre? Quelle est son implication au sein du comité Valentin Haüy de Nice ?

Jimmy Tessier : La rencontre avec Cathy Garceran, l’artiste peintre qui anime les ateliers avec une bénévole du comité est tout à fait particulière ! En effet, nous avons d’abord été en contact avec la sœur de Cathy dans le cadre d’une vente de meuble. Elle nous a exposé les difficultés que connaît sa sœur artiste peintre à cause d’un accident de moto qui lui a fait perdre l’usage de la main droite puis l’annonce d’une forme de la maladie de Parkinson à cause du choc émotionnel lié à son accident.

Au cours de cette discussion, l’idée de créer des ateliers de peinture pour  les personnes handicapées visuelles nous a semblé évidente. Nous avons donc rencontré Cathy et lui avons proposé d’animer des ateliers de peintures auprès des personnes déficientes visuelles. Depuis plusieurs mois, Cathy et Lili Peirelli, une bénévole, accompagnent les personnes souhaitant peindre.

 

Madame Garceran, comment s’est passée votre rencontre avec le comité de Nice ? Comment travaillez-vous avec eux ?

Cathy Garceran : J’ai rencontré Jimmy et Agnès qui est coordinatrice au comité. L’équipe du comité est incroyable. Ce sont des personnes vraiment formidables et je tiens vraiment à souligner leur investissement et leur grande générosité. Elles déploient une grande énergie pour offrir aux personnes déficientes visuelles un large choix d’activités. Elles ont pensé qu’un atelier de peinture à destination des bénéficiaires du comité pouvait être une bonne idée et m’ont proposé de développer ce projet. J’ai donc donné mon premier cours à la rentrée 2015. Je donne aujourd’hui des cours tous les mardis matin pendant deux heures à un groupe de 4 personnes et je suis aidée par Lili sans qui je ne pourrai animer cet atelier, du fait de mon handicap notamment.

 

Madame Auda, vous êtes bénéficiaire et assistez à l’atelier peinture. Depuis quand participez-vous aux activités du comité ?

Frédérique Auda : Je suis arrivée il y a quatre ans et cela été miraculeux. A mon âge, près de 81 ans, il devient difficile de faire des activités seule et d’autant lorsque l’on est presque aveugle. Je suis atteinte de la DMLA ; je ne vois plus d’un  œil et j’ai 1/20e au second. J’ai mis près de 4 ans à accepter le handicap à mon âge, en fait je suis très malvoyante depuis ma jeunesse mais c’est une chose que j’ai toujours cachée. Il a fallu accepter ce handicap pour que je puisse aller de l’avant.

Je retrouve ici des personnes de tous âges (de 20 ans à 92 ans) et des activités qui permettent à tous de se divertir, d’apprendre, d’être accompagnés dans nos démarches. J’ai beaucoup d’admiration pour tout ce qui est mis en œuvre pour les personnes déficientes visuelles. J’ai vraiment retrouvé la joie de vivre !

 

Madame Garceran, pouvez-vous nous raconter votre parcours d’artiste peintre et d’enseignante de peinture ?

Cathy Garceran : J’ai commencé à peindre jeune et j’ai ouvert ma première galerie en 1997 à Albertville, puis deux à Lyon et enfin une à Saint-Laurent. Je peignais aussi dans mon atelier jusqu’à mon accident de moto survenu en 2009. J’ai dû alors apprendre à travailler mon art autrement et je me suis tournée vers l’art abstrait en essayant de nouvelles techniques. 

Parallèlement à mon activité de peintre, j’ai enseigné pendant de nombreuses années à différents types de public dont des personnes handicapées physiques, mais je n’avais jamais enseigné à des personnes déficientes visuelles avant ma rencontre avec le comité Valentin Haüy de Nice.

 

Photo d'illustration
Légende : Lili Peirelli, Jimmy Tessier et Cathy Garceran

 

Comment s’organise les ateliers de peinture au comité de Nice ?

Cathy Garceran : Cet atelier fonctionne avec un nombre restreint de participants car leur handicap demande beaucoup d’attention. Nous devons préparer les peintures, les espaces de travail, ouvrir les pots, etc.

Les élèves arrivent le matin avec leurs idées et nous les transmettent pour que nous les accompagnions dans leur création. Il n’y a pas de sujet imposé, chacun est respecté dans ses choix, dans les couleurs qu’il souhaite travailler, la technique qu’il préfère employer. Les élèves repèrent l’espace de la toile avec leurs doigts. Ils peuvent peindre avec leurs doigts, une seringue, des pinceaux…

On privilégie le système de peinture projetée : on projette de la peinture, on mélange des couleurs qu’on projette et comme des émaux, toutes les couleurs se mélangent ce qui offre un rendu différent du pinceau.  Selon la distance avec la toile et la façon de projeter, on obtient des traits fins ou de  plus gros motifs.

Un de nos élèves travaille un système de peinture soufflée qu’il a trouvé tout seul et qui donne un rendu très intéressant de petits éclats partout.

 

Madame Auda, depuis quand vous êtes-vous lancée comme artiste peintre non-voyante ?

Frédérique Auda : Je suis une débutante de 81 ans dans la peinture ! Je peins depuis 3-4 mois. Mes premiers essais se sont faits à tâtons, le temps que je trouve ma voie. Je travaille exclusivement mes toiles avec la technique de la projection et j’ajoute d’autres éléments comme des morceaux de miroir ou encore des collages pour me différencier. J’étais enseignante d’art floral et je retrouve le plaisir de créer notamment par le travail de la couleur.

 

Que pensez-vous de l’exposition « Au-delà du regard » à la bibliothèque Raoul Mille de Nice qui présente les créations de votre atelier ?

Frédérique Auda : Cette exposition est formidable bien sûr ! C’est miraculeux d’avoir des espaces pour présenter nos créations artistiques. Il y avait beaucoup de monde à l’inauguration. 

Les tableaux sont présentés de façon à ce que chaque visiteur ait accès à l’exposition. Nous avons préparé chacun un texte de présentation de nos œuvres qui a été traduit en braille et porté sur l’application Audiospot. Ainsi tout le monde a accès à l’exposition.

Cathy Garceran : Cette exposition est un grand bonheur pour les personnes qui ont participé et pour moi-même. C’est un très bel hommage que fait la bibliothèque, c’est très valorisant et encourageant pour elles. Ainsi, nous pouvons montrer que, malgré le handicap, on est capable de faire de belles choses. Les gens sont surpris, beaucoup se déplacent par curiosité pour voir le travail des personnes déficientes visuelles.

Photo d'illustration 1 sur 3 Photo d'illustration 2 sur 3 Photo d'illustration 3 sur 3
Légendes : Dans la bibliothèque Raoul Mille

 

Comment s’est élaboré le partenariat avec la bibliothèque Raoul Mille ?

Jimmy Tessier : c’est encore ici un concours de circonstances ! Madame Michelizza, responsable des bibliothèques de la Ville de Nice est venue pour un partenariat avec notre bibliothèque braille dans un souci d’accessibilité des bibliothèques publiques de la ville. Plusieurs tableaux des bénéficiaires étaient présentés sur les murs et c’est à son initiative que le projet d’une exposition s’est créé. Un des objectifs est de montrer que malgré le handicap, il est possible d’être un artiste et de s’exprimer et de prendre du plaisir dans la création artistique. Nous avons donc tous travaillé en commun pour monter cette exposition.

 

L’application mobile Audiospot accompagne les visiteurs déficients visuels pour la visite de l’exposition. Quelles sont les caractéristiques et les avantages de cette application ?

Jimmy Tessier : Audiospot est une application mobile qui permet une audiodescription est une première ici à Nice dans une bibliothèque municipale. Le visiteur se promène dans les espaces d’exposition et des informations de guidage, des descriptions audio et/ou visuelles se déclenchent automatiquement à l’approche des œuvres exposées (après activation du Bluetooth et de la géolocalisation).

 Photo de tableau 1 sur 3  Photo de tableau 2 sur 3  Photo de tableau 3 sur 3

Légendes : Tableau Clown de Cathy Garceran - Deux oeuvres de Frédérique Auda

 

Le comité de Nice organise de nombreuses activités et beaucoup de personnes bénévoles y sont investies. Pouvez-vous nous parler de votre organisation et des autres activités proposées ?

Jimmy Tessier : Nous accueillons près de 500 personnes déficientes visuelles chaque année grâce à une équipe de 120 bénévoles sur le terrain. De très nombreuses activités et services sont proposées afin d’aider, accompagner et divertir les personnes non-voyantes ou malvoyantes. Ainsi le comité propose quelques 35 ateliers différents culturels, sportifs et sociaux.

Nous organisons chaque semaine un bal, tous les quinze jours des tournois d’échecs, nous proposons aussi de multiples sorties culturelles (notamment chaque semaine, un film en audiodescription en partenariat avec un cinéma) , des sorties sportives comme des courses à pied en tandem, des randonnées en montagne avec un guide spécialisé, nous faisons aussi du tir à la carabine (méthode particulière : casque sur les oreilles diffusant un son qui est aigu plus la visée est au centre de la cible), nous proposons aussi du ski ou du parapente. Et bien d’autres activités comme le chant choral, des cours de piano, de guitare, des cours de langue française, étrangères (italien, anglais…), des cours d’informatique adaptée.

De plus, nous avons un accueil social qui permet aux bénéficiaires d’être conseillés sur différentes questions d’ordre sociales.

Je vous remercie pour le temps que vous nous avez accordé chacun, Cathy, Frédérique et Jimmy pour cette interview ainsi qu’Agnès pour toutes les informations transmises dans le cadre de cet article.

Comité Valentin Haüy de Nice
4, Avenue Henri Barbusse
06100 Nice

Tél : 04.93.52.54.54
Site internet du comité Valentin Haüy de Nice : nice.avh.asso.fr

C'est grâce au soutien de tous ses généreux donateurs que les comités de l'association Valentin Haüy peuvent agir pour l'autonomie des personnes déficientes visuelles. Votre aide est indispensable. Merci de votre soutien.

 

A lire également

Cours de locomotion

Soutenir l'association

Faites un don

Vous avez envie d’aider les personnes aveugles et malvoyantes à gagner leur autonomie ?

Vous souhaitez vous engager dans les projets pour servir la cause de la déficience visuelle ?